Au contact #2

Médiation par le sport : un projet commun pour la ville de Blagnac et Rebonds!

Audrey photo verbatim-min

Audrey photo verbatim-min

Educatrice socio-sportive à Rebonds! depuis 5 ans, Audrey Abadie est passée par tous les statuts : service civique, stagiaire puis salariée et aujourd’hui coordinatrice du projet de médiation par le sport mené en partenariat avec la Mairie de Blagnac en Haute-Garonne. Capitaine du Blagnac Rugby Féminin et entraîneur de l’équipe cadette double championne de France en 2018 et 2019, elle met son expertise et sa connaissance du territoire au profit des jeunes.

Comment est venue l’idée de mettre en place un projet de médiation par le sport avec la ville de Blagnac ?
Cela fait déjà quelques années que Rebonds! intervient à Blagnac avec la mise en place du projet insertion rugby (cycles éducatifs en classe et accompagnement individualisé de jeunes) comme nous avons l’habitude de le faire sur Toulouse. La Mairie de Blagnac trouve notre travail très utile dans la pertinence de nos accompagnements sociaux, dans ce que l’on peut amener de plus dans le suivi des enfants. Les décideurs ont donc souhaité mettre en place un projet autour des Baradels, le quartier politique de la ville, afin de proposer aux jeunes des activités sportives, multisports, sur le temps extrascolaire. C’est de là qu’est né le projet de médiation par le sport sur Blagnac, qui s’est mis en route en janvier 2019. C’est vraiment un souhait de la Mairie. C’est elle qui a porté le projet, qui a fait appel à nous et qui a réuni les différents services de la ville : réussite éducative, politique de la ville et service des sports. Rebonds! est en partenariat avec chacun d’entre eux et joue sur leur complémentarité.

Comment le projet se met-il en place avec un jeune ? En quoi consiste-il ?
En tant qu’éducatrice socio-sportive Rebonds!, je poursuis la mise en œuvre des cycles éducatifs rugby sur le temps scolaire et c’est là que je peux créer du lien avec les jeunes. J’interviens aussi dans les centres de loisirs afin d’avoir un maximum de liens avec eux et d’en initier d’autres qui n’auraient pas forcément fait un cycle rugby à l’école.

On passe du général au spécifique selon le principe d’un entonnoir. On organise des cycles pour de nombreux jeunes puis on en a deux par exemple qui accrochent avec le sport, pas forcément le rugby. Je les oriente vers les séances multisports que j’organise les lundis et jeudis soirs à Blagnac. Les jeunes font du basket ou du handball. C’est ce que j’ai fait jusqu’à maintenant. Là, je vais passer sur du rugby et de l’ultimate. Je suis également en train de créer des partenariats avec les différentes associations sportives de Blagnac comme la boxe ou l’athlétisme. Elles nous permettent d’avoir plus d’éléments dans notre boîte à outil et elles facilitent la mise en place de séances en partenariat.
Grâce à ce projet on rencontre beaucoup de jeunes de quartiers et on arrive à mettre en place leur accompagnement. Actuellement, j’ai entre 8 et 10 jeunes sur les séances multisports.
Certains jeunes nous sont orientés par des partenaires tels que les accueils de loisirs (ALAE) de Blagnac, les services jeunesse ou la réussite éducative qui les rencontrent sur leurs dispositifs. Par exemple, un jeune qui fait de l’aide au devoir, et qui parle tout le temps à son référent de pratiquer du foot, il va faire appel à nous pour l’orienter vers un club et mettre en place le suivi du jeune s’il présente des problématiques sociales, sanitaires, etc.


“Je n’accompagne pas un jeune tant que je n’ai pas rencontré la famille. Au début, je me présente et j’explique ce que fait Rebonds!,
puis petit à petit on rentre dans le suivi éducatif et social en lien avec les partenaires.
Je suis amenée par exemple à discuter avec les familles du cadre éducatif qu’il propose à leurs enfants.
On essaye de travailler ensemble pour instaurer de nouvelles règles, un cadre”.


Quelle est la plus-value de ce projet ?
C’est clairement le suivi social, le lien avec les familles, les écoles, les référents éducatifs et le club de sport. Ce n’est pas seulement une séance de sport c’est un véritable accompagnement. Je n’accompagne pas un jeune tant que je n’ai pas rencontré la famille. Au début, je me présente et j’explique ce que fait Rebonds!, puis petit à petit on rentre dans le suivi éducatif et social. Je suis amenée par exemple à discuter avec les familles du cadre éducatif qu’ils proposent à leurs enfants. On essaye de travailler ensemble pour instaurer de nouvelles règles, un cadre. Il y a des familles qui rencontrent des difficultés plus importantes que d’autres. Dans ce cas, je me tourne vers la coordinatrice de la Réussite Educative de Blagnac qui apporte toute son expertise pour aider les familles à trouver les solutions à leurs problématiques. On ne prend pas juste un jeune pour lui faire pratiquer une activité sportive, il y a vraiment un suivi derrière. C’est ce qui fait notre plus-value sur ce projet là et c’est d’ailleurs pour cela que l’on a été choisi pour mettre en oeuvre ce projet innovant. Ensuite, pour Rebonds! ce qu’il y a de nouveau c’est le multisports qui nous permet d’élargir nos possibilités d’entrer en contact et d’accompagner les jeunes. J’ai aussi mon bureau dans le quartier des Baradels. Le fait d’avoir une présence territorialisée, c’est nouveau pour nous dans l’approche et la permanence que l’on peut apporter sur un territoire.

Qu’est-ce que ce dispositif va apporter aux jeunes qui vont y participer ?
Le fait d’être accompagné et de leur proposer des temps cadrés. Il leur permet aussi de faire du sport deux fois par semaine, les lundis et jeudis soir après l’école. Derrière, il y a les stages, les séjours, on rentre vraiment dans le suivi Rebonds!. L’idée c’est d’utiliser le sport comme outil d’éducation et d’insertion sociale en instaurant le cadre qu’apporte le Suivi Rebonds! et l’expertise des partenaires associés.

Articles Récents

Réagir à cet article